David Guetta, les clés d'un succès sans précédent ! | DJMAG France - Suisse - Belgique

David Guetta domine le monde du deejaying depuis plusieurs années. Sa popularité lui vaut (forcément) des moqueries, surtout de la part de ses compatriotes. Alors nous voulions prendre le pouls de sa performance à l'AccorHotels Arena...

Mercredi 27 janvier, David Guetta sera en concert à l’AccorHotels Arena de Paris pour la 3ème fois en un mois, dans le cadre de son Listen Tour. Les 18 et 19 décembre derniers, la star française a déjà rassemblé près de 30 000 personnes dans la même enceinte. Comment parvient-il à de tels records sans faiblir ? Retour sur les mots clés de la recette David Guetta, qui prend toujours plus de risques à se produire en France que partout ailleurs dans le monde...


L'IDÔLE 

La fondation de l’empire David Guetta se trouve sans doute dans sa (très) large communauté de fans. Plus de 55 millions de fans sur Facebook... C’est 35 millions de plus que Madonna et 50 millions de plus que Sting, par exemple... Il y a donc beaucoup de fans qui likent, mais pas que... La grande force du DJ français est son aptitude à fédérer un public trans-générationnel, qui le suit depuis plusieurs années au rythme de ses tubes en série. Certains le suivent même aveuglément, avec un comportement de fans pur jus. 

Pour ce concert parisien du 19 décembre, il fallait débourser entre 59 et 99 euros pour 3h30 de fiesta, dont 1h30 seulement de mix de David. Un certain investissement… Qui n’a pas empêché le premier concert d’être rapidement complet. Et la dévotion est parfois encore plus flagrante. Ce jour là, dans les backstages, une trentaine de fans s’affèrent. 

Ils ont gagné un concours "Meet & Greet" qui leur permet de rencontrer l’artiste avant le concert. Parmi eux, quatre jeunes fans venus d'Inde ! Ils ont gagné leur voyage à Paris spécialement pour cette soirée, avec une rencontre avec David à la clé. Une poignée de main, une photo, et la gentillesse du producteur aux mains d’or opère : Les fans sont sous le charme du sourire ultra bright de la star, même si l’échange a duré une minute à peine. Plus tard, on les verra dans les gradins en train de se déhancher et chanter sans complexe les paroles de chaque titre qui passe.

Ce n'est plus une surprise. David Guetta est, depuis plus de 10 ans, une machine à hits sans équivalent.

LE HITMAKER HORS PAIRE

'Love is Gone', 'When Love Takes Over', 'Love don’t let me Go', 'Without You', 'Sexy Bitch', 'Dangerous'… La liste de tubes estampillés Guetta est tellement longue qu'on a forcément tous eu à faire à l'un d'entre eux un jour ou l'autre. Autant de titres évocateurs dont les premières secondes d'écoute nous font taper du pied par terre ou taper dans les mains. Des lignes de chant entêtantes et des mélodies qui, avec leur empreinte de hit, ont convaincu des millions d’oreilles. Et ne croyez pas pour autant que David Guetta tire sur la fibre nostalgie pendant ce show. A l'inverse des concerts donnés par certaines légendes aux 30 ans de carrière, Guetta séduit toujours autant la nouvelle génération. Moins Ibiza et plus Ultra Miami, les airs de 'Work Hard Play Hard', 'Hey mama', 'Ain’t No Party' ne font pas moins d’effet sur le public. Même ses derniers "essais" plus techy dans l'âme, dont 'Pelican', parviennent à survolter la foule, malgré des intentions nettement moins conciliantes.

En un peu plus 1h30 de show, les tubes du Français provoquent tous des réactions déjantées. Les exclus ou titres moins familiers du DJ sont soigneusement mis en valeur : en servant de transition de luxe pour les titres célèbres et connus de tous. Fort de son répertoire discographique conséquent, avec déjà 6 albums vendus à plusieurs millons d'exemplaires, le DJ n'a que l'embarras du choix dans ses sets. Mais il ne perd pas sa fibre DJ expérimenté pour autant, n'oubliant jamais de tester ainsi ses prochains titres composés au profit d’une seule cause : la fête, la vraie, l’universelle...

L'ENTERTAINER 

« Ici, sur le dancefloor, mettez ces p** mains en l’air ! ». En plus de l’incroyable niveau de décibels, d’écrans géants et de lights, le show est assuré par Guetta en personne. Il n’hésite pas à prendre le micro pour s’adresser à la foule. Un peu à l’ancienne diront certains. Il va jusqu’à titiller la ferveur populaire, dans une capitale qui, un mois avant, était frappée au cœur : « L’élan d’unité quand je suis revenu en France… Y a personne qui va nous empêcher d’être heureux, y a personne qui va nous empêcher de faire la fête ». Et bien sûr, ça marche ! 

Si, au début, on croise le regard de parents pas dans franchement dans l'ambiance, des VIP invités par un ami ami d’amis, des sauveteurs de la croix rouge à la mine sombre… A la fin, tout le monde danse ! On oublie ses appréhensions, on oublie que ça ne fait pas bon genre de danser sur du Guetta ou de connaître par cœur les paroles de 'Titanium'. Bercy est réellement changé en un vrai dancefloor géant.

Fort de ses 30 ans d'expérience, de la sombre cabine des clubs parisiens aux lumières d'Ibiza et des meilleurs festivals, David Guetta a un réel avantage sur la concurrence. Il replace la fête au centre du game !

LE PERFECTIONNISTE 

« Hier, c’était à fond dans l’émotion, aujourd’hui c’était un peu plus… Carré » nous confie-t-il à chaud après ce deuxième show. C’est un perfectionniste, un infatigable bosseur qui peut revoir un détail sans relâche. « J’ai un peu modifié les sets entre les deux soirs bien sûr, c’est mon métier, c’est ce que je fais » poursuit-il avec son indétrônable sourire. 

 

Un clin d’œil efficace à ceux qui doutent de sa bonne foi en Live, qui le taillent sur les théories de sets pré-enregistrés et de bras en l’air omni-présents. Entouré de son équipe qui le connaît par cœur, David Guetta n’a pas le temps d'avoir peur des détracteurs. Son immense succès leur tord leur cou.

Après le raz de marée de son album 'Listen', le DJ achève ainsi sereinement sa tournée de méga-salles. Il sera à l’AccorHotels Arena le 27 janvier, à la Halle Tony Garnier le 28 janvier et le 29 au Zenith de Strasbourg. Confirmant ainsi qu'il attire toujours autant les foules, même dans le pays qui le descend le plus en flèche. Son pays...

Photos : Anthony Ghnassia / VISIONBYAG

Articles en relation

Vidéos en relation

Artistes en relation

Commentaires